Lee Rocker

Lee Rocker et ses potes, Brian Setzer et “Slim” Jim Phantom n’ont jamais eu qu’une idĂ©e en tĂŞte : faire de la musique, ou plus prĂ©cisĂ©ment, jouer leur musique, leur Rockabilly. C’est ainsi que les “Stray Cats” ont dĂ©butĂ©, Ă  New York, avant de venir faire un tour en Europe, et d’y faire un tabac.

On a tendance Ă  oublier que Lee Rocker n’avait que 17 ans lorsque les “Stray Cats” ont explosĂ© au dĂ©but des annĂ©es 80. Il Ă©tait alors au lycĂ©e. Aujourd’hui, il se sent aussi proche de Beck, que de Carl Perkins, son ami grâce auquel son envie de faire de la musique est restĂ©e intacte.

C’est son jeu de basse agressif qui a emballĂ© les fans de la gĂ©nĂ©ration MTV ainsi qu’un nombre croissant de figures lĂ©gendaires du Rock’n’Roll, en plus de Perkins. “Mon truc, a toujours Ă©tĂ© la musique amĂ©ricaine. Le Rock c’était la musique du diable, de la pure Ă©nergie. Le Rockabilly c’est l’origine de la musique Punk” a-t-il coutume de dire.

Lee Rocker et Carl Perkins travaillent rĂ©gulièrement ensemble, ils ont co signĂ© plusieurs musiques de films, parmi lesquelles “Sixteen Candles”.

Lee est particulièrement fier d’avoir participĂ© Ă  l’album de Perkins “Go Cat Go” aux cĂ´tĂ©s de Paul Simon et John Fogerty. “Si Carl Perkins n’existait pas, le Rock ’n’ Roll tel que nous le connaissons n’aurait jamais existĂ©, ni d’ailleurs les Beatles. Et sans les Beatles…”

Lee Rocker et Carl Perkins travaillent rĂ©gulièrement ensemble, ils ont co signĂ© plusieurs musiques de films, parmi lesquelles “Sixteen Candles”. Lee est particulièrement fier d’avoir participĂ© Ă  l’album de Perkins “Go Cat Go” aux cĂ´tĂ©s de Paul Simon et John Fogerty. “Si Carl Perkins n’existait pas, le Rock ’n’ Roll tel que nous le connaissons n’aurait jamais existĂ©, ni d’ailleurs les Beatles. Et sans les Beatles…”

DISCOGRAPHIE