Roxane Arnal

Guitariste, chanteuse, compositrice, Roxane Arnal, sous une apparence délicate, révèle une maturité musicale étonnante et une expressivité poétique saisissante.

 

Roxane commence très tôt la musique par le piano mais c’est lorsqu’elle découvre l’Utopia, un club où jouent de nombreux bluesmen Parisiens qu’elle envisage réellement de devenir musicienne et guitariste en particulier. A cette époque, elle passe son temps sur son instrument à repiquer du Eric Clapton et du BB King. Quand vient le temps d’entrer au lycée, elle s’inscrit dans une classe préparatoire au Brevet de Technicien des Métiers de la Musique et à l’issue d’un stage de guitare folk/blues, elle décide de créer un duo avec son professeur : Michel Ghuzel.

 

C’est la naissance de Beauty and the Beast qui monte pour la première fois sur scène en ouverture de Paul Personne qui avait repéré les deux musiciens. En 2012, Roxane n’a que 16 ans et apprend à toute vitesse à jouer de la contrebasse, du ukulélé, de la mandoline et le duo met au point un répertoire constitué de standards (Duke Ellington, Willie Dixon, Robben Ford, etc.) et de quelques compositions personnelles qui leur permet de rafler pas moins de 5 prix aux tremplins « Cahors Blues Festival » et « Blues sur Seine »! Depuis, elle a donné plus de 300 concerts et notamment au Festiblues International de Montréal, Jazz à Vienne, Blues sur le Zinc, Guitare Issoudun, New Morning, Internationales de la Guitare de Montpellier, Rencontres d’Astaffort, etc.). Leur album « Something New » est salué par la critique, diffusé sur Europe 1, Sud Radio, FIP et se classe dans le top 5 du Comité des radios Blues. Surnommé par Culturebox « chapeau melon et bottes de cuir bluesy », Beauty and The Beast sera largement chroniqué dans Blues Mag, Jazz News, Rock & Folk, Blues Again qui écrit : « Un album High class où tout est finement ciselé ».

De sa rencontre avec Baptiste Bailly en 2018, naît un nouveau répertoire de compositions originales folk-blues matinées de jazz et de pop.

 

Le duo s’installe à Valence (Espagne), compose et enregistre au fur et à mesure plusieurs titres au studio JazzTone. Ils sont rejoints par David Gadea, percussionniste incontournable de la scène valentinoise. De cette recherche nait leur premier EP « Doorways » soutenu par la SACEM (Auto-Production), qui sera l’embryon de l’album Elior.

 

De retour en France, « Elior » prend forme lorsqu’ils rencontrent les musiciens Antony Gatta (batterie) et ClĂ©ment Faure (guitare – basse). EpaulĂ©s par le rĂ©alisateur et multi-instrumentiste britannique Duncan Roberts, ils apportent une nouvelle dimension aux compositions des deux protagonistes

DISCOGRAPHIE